Ce blog est le votre, c'est vous qui le faites vivre. Sans votre mémoire et vos archives pour l'alimenter, il ne peut exister. Un grand merci à tous.
A la demande de certains, nous avons fait le choix de ne pas citer les propriétaires des documents afin qu'ils ne soient pas importunés.

POUR VOIR LES DOCUMENTS OU PHOTOS DE CE BLOG EN PLUS GRAND FORMAT, IL SUFFIT DE CLIQUER (CLIC GAUCHE) UNE FOIS SUR L'IMAGE.

dimanche 26 juin 2022

GUIVRY - 26 JUIN 2022 - DEFILE DE MOTARDS POUR LE DON D'ORGANES

 


Défilé de motards pour le don d'organes le 26 juin 2022 à Guivry

GUIVRY - EPHEMERIDE - 26 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 26 Juin 1864


Journal de la ville de Saint-Quentin du 19 juin 1864

« Fêtes patronales du canton de Chauny.

Aujourd’hui dimanche (19 juin), fête de Villequier-Aumont.

Dimanche prochain (26 juin), fêtes de Guivry, Condren. » 



samedi 25 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 25 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 25 Juin 1852


Journal de la ville de Saint-Quentin du 30 juin 1852

« Vendredi dernier (25 juin), M. le juge de paix de Chauny, accompagné de son greffier et de M. le commissaire de police de Chauny, s’est transporté à Guivry où une perquisition a été faite au domicile du sieur Léopold Francelle ; on a trouvé dans une malle, un calice, une patène, des couverts et des lingots en argent, ainsi que des ornements d’église en cuivre doré, et une cuillère à sucre brisée. Un procès-verbal de cette saisie a été dressé immédiatement et envoyé à M. le procureur de la République. » 


vendredi 24 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 24 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 24 Juin 1822

Etat civil de Guivry

Décès de Jean Baptiste Luce.




jeudi 23 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 23 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 23 Juin 1838


Journal de la ville de Saint-Quentin du 01 juillet 1838

« Dans la nuit du 23 au 24, un autre incendie, beaucoup plus considérable, a aussi éclaté à Guivry, canton de Chauny. Six maisons, plusieurs bâtiments ruraux, et du mobilier, sont devenus la proie des flammes. 345 moutons ont péri. On ignore la cause de cet événement comme du précédent. La perte est évaluée à près de 21000 francs. Toutes les habitations incendiées étaient assurés ensemble pour 12775 francs. » 



mercredi 22 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 22 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 22 Juin 1784



Etat civil de Guivry

Mariage de Jean Joseph Godain, né et domicilié à Genlis, fils de Charles Philippe Godain, manouvrier domicilié à Saint-Paul-Aux-Bois, et de Marie Anne Poiret, ses père et mère. Jean Joseph, se marie avec Marie Anne Rémy, née et domiciliée à Guivry, fille de défunt Nicolas Rémy, de son vivant berger, et de défunte Marguerite Lenoir. Marie Anne est sous l’autorité de son frère Jean Baptiste Isidore Rémy, habitant Guivry, curateur nommé d’office. C’est le curé Baudouin qui célèbre le mariage en l’église de Guivry. 




Lien vers la généalogie descendante de Jean Joseph Napoléon Godain

mardi 21 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 21 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 21 Juin 1925

Bernadette Thomas/Tenaillon

Le conseil municipal nomme comme membres de la commission des fêtes : M. Theophile Chevreux, Charles Germain et Louis Guillaume. Il est décidé l’acquisition de matériel et de différents objets nécessaires à la fête nationale et à la fête locale. 

lundi 20 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 20 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 20 Juin 1803 (1er messidor An 11)

Etat civil de Guivry

Naissance de Jean Pierre Mercier. 



dimanche 19 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 19 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 19 Juin 1949



Entrée en fonction du nouveau garde champêtre pour un salaire annuel de 60 000 Francs. Le nouveau garde champêtre est Joseph Potel 

samedi 18 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERDIE - 18 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 18 Juin 1953

Décès d’Alfred Zenobe Buignet né en 1892 à Abbeville. 



vendredi 17 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 17 JUIN

Cela s'est passé le 17 Juin 1918

Combien d'habitants de Guivry sont arrivés à Evian ce 17 juin ?

Journal Le Petit Journal du 18 juin 1918

« Le retour de nos rapatriés à Evian.

(Du correspondant du Petit Journal)

Evian, 17 juin. Hier soir sont arrivés 650 rapatriés de Saint-Quentin, Blérancourt, Englancourt, Beaumont-en-Beine, Dorengt, Saint-Aubin, Remigny, Soissons, Leschelles, Guivry, Bourguignon, Ugny-le-Gay, Cugny, Bellenglise, Flavy-le-Martel, Goudelancourt, Fontaine, Montescourt, Landrecies, Bavay, Maubeuge, Rancourt, Bachant, Leval, Dourles, Marvilles, Maurois, Taisnières, Aymeries, Aulnoye, Anzin, Bellancourt, Guiscard, Flancourt, Barleux, Moilains, Péronne, Miraumont et Assevillers. Ils seront dirigés sur Annemasse. » 


jeudi 16 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERDIE - 16 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 16 Juin 1929



Louis Adolphe Fernand Pestel en 1927 à Béthancourt-en-Vaux


Le 16 juin, Fernand Pestel note que la Compagnie d'arc de Guivry se rend à La Fère pour le tir du bouquet provincial.

Fernand Pestel, Achille Lequeux, Louis Guillaume, René Brouillet et Gaston Pestel se déplacent et obtiennent de bons résultats. 

mercredi 15 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 15 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 15 Juin 1917

Denis Julien Albert Mutel

Réception en Mairie de l'avis de décès d'Albert Mutel.

Etat civil provisoire de Guivry, tenu sur un cahier d’école (1914-1918) :

« Reçu en Mairie, du Lieutenant Roque, chef de bureau spécial de comptabilité du 19ème Bataillon de Chasseurs à Pied, l’avis de décès du chasseur Mutel Denis Julien dit Albert, classe 1912, matricule au Corps 3061, du recrutement 770, du 19ème Bataillon de Chasseurs à Pied. Tué à l’ennemi le 21 août 1914 à Higny (Moselle), Mort pour la France. » 

mardi 14 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 14 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 14 Juin 1921

Marie Georgina Antoinette Laboue en 1931

Etat civil de Guivry

Naissance de Marie Georgina Antoinette Laboue. 





lundi 13 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 13 JUIN

Cela s'est passé le 13 Juin 1890

Les archers de Guivry sont appelés à venir tirer le prix du Bouquet Provincial de Ognes à partir de ce jour.

Journal de la ville de Saint-Quentin du 15 juin 1890

« Ognes. Nous sommes priés par M. Lesluin, capitaine de la compagnie d’arc d’Ognes, d’aviser MM. Les donateurs que le tir est mis à leur disposition à partir du 13 juin. Ils sont invités à ne point laisser passer la première huitaine de juillet, la distribution devant être faite, très probablement, le 14 juillet.

Ordre d’après lequel les compagnies prennent part au tir : 1, Esmery-Hallon, 2, Noyon (1ère compagnie), 3, Carlepont, 4, Berlancourt, 5, La Saint-Quentinoise, 6, Guivry, 7, Nesle, 8, Baboeuf (1ère compagnie), 9, Blérancourt, 10, Ugny-le-Gay, 11, Ercheu, 12, Chauny, 13, Seraucourt-le-Grand, 14, Béthancourt-en-Vaux, 15, Montescourt-Lizerolles, 16, Roye, 17, Commenchon, 18, Compiègne, 19, Caumont, 20, Béhéricourt, 21, Baboeuf (2ème compagnie), 22, Caillouël, 23, Salency, 24, Varesne, 25, Jussy, 26, Villeselve, 27, Guiscard, 28, Appilly, 29, Gruny (Somme). »



dimanche 12 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 12 JUIN

Cela s'est passé à Guivry à 12 Juin 1914

Journal Le Réveil de l’Aisne du 12 juin 1914


« Petite annonce. 

Achats et ventes :

Pailles de blé et d’avoine à vendre, à la ferme de Lagache. S’adresser à M. Pollet qui l’exploite à Guivry. » 



samedi 11 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 11 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 11 Juin 1947

Alfred Ernest Bonneterre en 1933

Décès d’Alfred Ernest Bonneterre né en 1863 à Villeselve. 



vendredi 10 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 10 JUIN

Cela s'est passé le 10 Juin 1910

Journal Le réveil de l’Aisne du 06 juillet 1910

« Tribunal correctionnel de Laon.

Guivry.

Pour avoir volé le 27 mai dernier à son patron M. Pollet une montre en or et 200 francs qu’il dépensa, Cardon Auguste, âgé de 16 ans, fut condamné, par défaut, par jugement rendu par le tribunal correctionnel de Laon, le 10 juin suivant en 6 mois d’emprisonnement. » 


jeudi 9 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 09 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 09 Juin 1917


Journal d’Edouard Coeurdevey :

« Deux journées de travail sans une minute de relâche. Ma main tremble de fatigue et ma tête est lourde. J’ai l’impression que les contrevents sont fermés. Il fait trouble dans mon cerveau et mes idées tâtonnent pour s’orienter. 

Aujourd’hui, établissement des situations. Travail laborieux et délicat. Nombreux états à fournir.

Le renfort pour le 417 se prépare, la question de principe sur mon maintien va se poser. » 



mercredi 8 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 08 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 08 JUIN 1908


Journal le Réveil de l’Aisne du 10 juin 1908

« Guivry. La Tombe Regnier.

De notre correspondant :

Comme les années précédentes, il y a eu grande fête dans le bois de Guivry le lundi de la Pentecôte, où une foule toujours plus nombreuse s’est rendue l’après-midi au faîte de la colline où s’élève un monticule surmonté de trois arbres dont les ramures entrelacées forment une sorte de dais de frondaison.

A l’ombre de ces arbres repose depuis des années, (dit la légende), le général Régnier, de l’invasion romaine.

Les historiens ne seront certainement jamais d’accord sur ce que fut ce général, qui n’était pas comme on le voit, maréchal de France sous le premier Empire.

Mais la tombe Regnier existe et constitue par sa situation culminante et le double mystère qui l’entoure, un double attrait !

L’intérêt de cette promenade que s’impose chaque année nos amis de toute la région, est comme on le voit, plutôt un pèlerinage laïc, qui ne réside pas seulement dans la beauté du site. Chacun sait aussi qu’il existe des carrières souterraines qui sont une véritable attraction.

Comme de coutume la fête suivie de bal s’est tenue au pied de la tombe Regnier. La fanfare de Villeselve est venue y donner un concert sous l’habile direction de son chef M. Favresse.

Des buvettes champêtres ont été installées par les débitants guivrois qui présentèrent des rafraîchissements de premier choix.

Le temps a été propice et le grand St-Médard a retenu ses pleurs. »


mardi 7 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 07 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 07 Juin 1931

Programme du spectacle – Imprimeur Baticle

Matinée récréative chez Mme Genreau. Grand bal à 20h30.

Spectacle au profit de l’école, Cinquantenaire de l’école Laïque, Mme Tenaillon. 



lundi 6 juin 2022

GUIVRY - EPHEMERIDE - 06 JUIN

Cela s'est passé à Guivry le 06 Juin 1926

Nous sommes en 1926, Nesle n'est pas la porte à côté. Nos archers ont certainement été bien matinaux, quel que soit le moyen de locomotion utilisé pour se rendre au Bouquet Provincial.

 


Journal Le Progrès de la Somme du 07 juin 1926

« Le Bouquet provincial des Archers.

Cette fête, d’une belle originalité avait attiré à Nesle une foule considérable.

Hier (6juin) a eu lieu dans la coquette commune de Nesle, gracieusement parée à cette occasion, la traditionnelle fête du bouquet provincial des Archers.

A la réussite de cette manifestation que la commune n’avait pas connue depuis trente ans tous les habitants avaient d’un élan unanime, apporté leur plus zélé dévouement. Depuis de nombreuses semaines on travaillait à la confection des guirlandes et des roses de papier et le soleil eut été bien méchant de ne point venir éclairer de ses rayons leurs teintes les plus diverses harmonieusement mariées aux verts sapins des arcs de triomphe, ou aux branchages sous lesquels disparaissaient la plupart des façades des maisons.

Mais le soleil se leva… Et sous sa brillante lumière, dans sa radieuse chaleur, les cérémonies se déroulèrent sans incident, avec enthousiasme, au milieu d’une foule considérable qui dès le matin jusqu’aux heures les plus avancées de la nuit ne cessa d’emplir les rues principales de Nesle de son gai bourdonnement.

De 7 heures à 11 heures, eut lieu à la mairie la réception des compagnies, dont le public, intéressé, nota l’original cérémonial.

Aussitôt reçue, chaque compagnie alla participer au concours de flèches d’essai, qu’interrompit à 10h30, le rappel par les tambours et clairons.

Soixante et onze compagnies sont présentes.

Aussitôt s’opéra à la chapelle de la Vierge, près les remparts, le rassemblement des sociétés locales et des soixante et onze compagnies d’archers présentes ; celles de :

Ham, Ugny-le-Gay, Seraucourt-le-Grand, Ecuvilly, Beaulieu-les-Fontaines, Ercheu, Esmery-Hallon, Tracy-le-Mont, Béhéricourt, Moyencourt, Amiens (Fondamentale), La Boissière, Villequier-Aumont, Etelfay, La Fère, Piennes, Béthancourt-en-Vaux, Arvillers, Bacquencourt-Hombleux, Cairoix, Montdidier, Guivry, Compiègne, Vailly-sur-Aisne, Boulogne-la-Grâce, Rollot, Guerbigny, Lassigny, Caillouël-Crépigny, Guiscard, Chantilly, Villers-sur-Coudun, Thiescourt (Oise), Margny-les-Compiègne, Vignement, Bussy, Fescamp, Remongies, Onvillers, Noyon, Morlincourt-lès-Noyon, Libermont, Berlancourt (Oise), Villeselve, Tilloloy, Fréniches, Warcy, Becquigny, Saint-Nicaise-Conchy-les-Pots, Canny-sur-Matz, Marquivillers, Salency, Ressons-sur-Matz, Beauvais, Béthisy-Saint-Martin, Crépy-en-Valois, Braine, Chauny (2ème), Brouchy, Janville, Grand-Fresnoy, Béthisy-Saint-Pierre, Appilly, Persan, Saint-Pierre-de-Montmartre, Baboeuf, Vic-sur-Aisne (1ère), Soissons, Fontainebleau, Villers-Bretonneux, Chantilly (1ère).

Ce fut un cortège impressionnant duquel émergeaient les drapeaux des compagnies présentes et les bannières des sociétés musicales qui avaient accepté de rehausser de leur présence cette belle fête : les harmonies de Marcelcave et Nesle, la fanfare d’Ercheu et la chorale « la Sainte-Cécile » de Nesle, ce fut donc un cortège impressionnant qui peu avant 11 heures se mit en marche pour arriver peu après sur le jeu de paume où fut célébrée la traditionnelle messe en plein air que présidait l’évêque d’Amiens et au cours de laquelle les sociétés musicales se firent entendre.

A l’issue de cette cérémonie, une réception des musiques eut lieu au cinéma Caron, et peu après à l’Hôtel de Picardie, celle de M. Quervel, président de la Fédération des archers de France.

Un beau défilé.

A 11 heures, le cortège du matin se trouva reformé et avant qu’il ne défila à nouveau, MM. Noiret, président de la Ronde de Somme et Oise, et Manneroy, président de la compagnie de Nesle tinrent à féliciter et à remercier les personnalités présentes au premier rang desquels nous avons remarqué : MM. Moyon, sous-préfet de Péronne ; Jovelet, sénateur ; Jourdain et Gonnet, députés ; Vergelot, maire de Nesle et son conseil municipal.

Puis aux accents d’allègres pas redoublés le défilé commença.

En tête venaient les sapeurs-pompiers que suivaient immédiatement d’aimables fillettes toutes de blanc vêtues, et les cheveux ornés qui d’un ruban bleu, qui d’un ruban blanc, qui d’un ruban rouge, formant le plus mouvant et le plus gracieux drapeau tricolore qu’il fut possible d’imaginer.

Et alors, graves et blanches vestales d’un vieux culte : celui du bouquet provincial, s’avançaient, acclamées par la foule, une longue théorie de charmantes jeunes filles dont la robe blanche était barrée sur la poitrine d’un large ruban bleu, et qui portaient sur des pavois, les deux monumentaux bouquets contenus dans un haut vase de verre peint ou dans une amphore ventrue et d’un cuivre brillant : C’était le bouquet provincial, celui reçu l’an dernier de la compagnie de Beaulieu-lès-Fontaines, et le bouquet de la compagnie de Nesle, celui qui dans deux ans sera remis à la compagnie de Ham.

Suivant la blanche cohorte, dont quelques unités se détachaient par instants pour gracieusement offrir des insignes fleuris, au public massé au long des maisons, venaient les autorités, les drapeaux des compagnies, les archers et les fanfares.

Grâce au vigilant service d’ordre organisé par le chef de la brigade de gendarmerie, le Maréchal des Logis Brum, nul accroc ne se produisit et c’est dans un ordre parfait que le cortège atteignit la place des remparts, où après que le maire d’Ercheu, eut dans un brillant discours retracé la vieille tradition de la fête du bouquet provincial et rappelle la rénovation au lendemain de la guerre, des anciennes compagnies et que M. Briet, capitaine de la compagnie de Nesle eut remercié tous ceux qui avec lui avaient organisé cette fête et notamment les membres du comité de la compagnie de Nesle, MM. Nameroy, président, Desoil, vice-président et Villain, secrétaire, eurent lieu les parties de jardin, tandis que la fanfare d’Ercheu donnait un artistique concert.

A 17h30, le public délaissa quelque peu la brillante fête foraine organisée sur les remparts pour aller applaudir le concert de gala qu’offrait sur la place d’armes, les harmonies réunies de Marcelcave et de Nesle.

Enfin, à 21 heures, boulevard des Remparts, un grand bal populaire, où chacun s’en donna à cœur joie termina dans la plus saine gaieté cette fête qui rénove l’une des plus vieilles et des plus intéressantes traditions picardes. »