Ce blog est le votre, c'est vous qui le faites vivre. Sans votre mémoire et vos archives pour l'alimenter, il ne peut exister. Un grand merci à tous.
A la demande de certains, nous avons fait le choix de ne pas citer les propriétaires des documents afin qu'ils ne soient pas importunés.
POUR VOIR LES DOCUMENTS OU PHOTOS DE CE BLOG EN PLUS GRAND FORMAT, IL SUFFIT DE CLIQUER (CLIC GAUCHE) UNE FOIS SUR L'IMAGE.

samedi 27 juin 2009

GUIVRY - VENDREDI 26 JUIN 2009 - FEU SAINT JEAN

Les feux de la Saint Jean, accompagnés de danses paraissant remonter au paganisme, sont toujours célébrés. Seuls dans la région à maintenir l'une des plus anciennes traditions, les habitants de Guivry et des environs se "barbouillent" de noir pris sur des branches sorties du bûcher à l'occasion de la nuit de la Saint Jean. Depuis des temps très reculés, Guivry fête son saint patron Jean et allume dans la nuit du 24 juin, le traditionnel bûcher. Cette manifestation où se mêlent coutumes païennes et cérémonie chrétienne attirait chaque année dans la commune un grand nombre d'habitants des environs. Le 24 au soir, après une messe, une procession emmenait les fidèles à la sortie du village où l'on montait un immense bûcher de paille et de fagots. Marchant derrière une bannière et portant des flambeaux, les fidèles chantaient les traditionnels cantiques religieux. La population prenait alors place autour du foyer qui était béni. Puis on jetait les flambeaux sur le bûcher, et une flamme s'élevait faisant découvrir une haute perche, au sommet de laquelle était suspendue une couronne de fleurs. Alors, tandis que le bûcher commençait à se consumer, les garçons cherchaient à abattre la perche, se précipitaient sur la couronne de fleurs, en arrachaient des bouquets qu'ils couraient offrir aux jeunes filles du village. On frottait ses mains sur les morceaux de bois calcinés, pour se "barbouiller" de noir le visage et chacune ramenait une brindille ou une poignée de cendres chez lui pour éloigner de sa maison, selon la tradition, grêles et foudre. Et dans la nuit, longtemps, résonnaient les cris, danses et chants des jeunes gens et jeunes filles de la commune en fête. Actuellement, il n'y a plus ni procession, ni prêtre pour bénir le bûcher, ni danses et chants mais il reste quelques irréductibles pour partager cette soirée dans la tradition autour du feux. Pour combien de temps encore ?

Préparation des bouquets avant la confection de la couronne avec les fleurs récoltées chez les habitants et dans la Commune.

Christine à l'oeuvre !

Nadine concentrée.


Dernières finitions.

La couronne terminée. Les professionnelles et la relève.


La couronne terminée est emmenée à l'emplacement du feu Saint Jean.

Première tache, retrouver le reste de la perche de l'année dernière.

Ensuite, la grande question: Pelle ou engin ?

?

Négociations....

Finalement, cela se fera à l'ancienne !

Cédric au travail.

La couronne est accrochée en haut de la perche.


La perche est mise en place. Nous voudrions rassurer les âmes sensibles, Luc ne force pas vraiment !


Les moyens modernes ont quand même été utilisés pour mettre en place la perche.

19H00: L'heure de la sangria des Gadas.
Les Gadas se retrouvent autour d'un pot. Un repas à la bonne franquette est assuré par les forains.




Pendant que certains se restaurent, d'autres profitent du manège.




Gadas présents, passés et à venir, venez nous rejoindre l'année prochaine pour partager ce moment convivial !

Les Gadas ont préparé du bois devant chez eux. Luc, Christophe et Cédric ont ramassé ce bois dans l'après-midi et après avoir installé la perche ont préparé le bûcher.

22H30: L'heure est venue d'allumer le feu. C'est Madame le Maire, Nadine Podevin qui s'y colle.







Tradition oblige, en attendant que la perche tombe, des morceaux de bois sont récupérés dans le feu.
Sur ce bois, petits et grands frottent leurs mains et vont noircir le visage des personnes présentes.



Quand la perche tombe enfin, les plus téméraires (ou inconscients) se jettent sur la couronne pour y arracher quelques fleurs. La tradition voulait qu'on ramène quelques fleurs à la maison. Ce bouquet protégeant le foyer des catastrophes.

Le bouquet rudement gagné par un des Gadas......
A l'année prochaine !

Aucun commentaire: