Ce blog est le votre, c'est vous qui le faites vivre. Sans votre mémoire et vos archives pour l'alimenter, il ne peut exister. Un grand merci à tous.
A la demande de certains, nous avons fait le choix de ne pas citer les propriétaires des documents afin qu'ils ne soient pas importunés.
POUR VOIR LES DOCUMENTS OU PHOTOS DE CE BLOG EN PLUS GRAND FORMAT, IL SUFFIT DE CLIQUER (CLIC GAUCHE) UNE FOIS SUR L'IMAGE.

dimanche 25 novembre 2007

ANCIENNES DENOMINATIONS

Les anciennes dénominations ont toujours un certain charme. Quelques unes ont survécu au bouleversement des années et à la succession des générations de gadas.

Le terroir, avec ses quatres sections, comprenait jadis des propriétés appartenant aux chanoines de Noyon qui les louèrent à bail en 1314, à un certain paysan surnommé "Oudart-Le-Pitre".

Voici quelques unes des appellations attribuées à des lopins de terre:

-L'Agache ou l'Agasse: nom patoisant de la pie en picardie.

-Le Vivier Obert ou Vivier Aubert: sur ce terrain existait autrefois un étang qui fut asséché vers 1795. Les débordements s'écoulaient naturellement dans le ruisseau des Long-prés.

-Le chemin de Bouloire: trés probablement bordé de bouleaux ( Bétula ), se destinait à des jeux, réunions publiques. Aujourd'hui, c'est l'emplacement du feux de la Saint-Jean.

-La Fosse Maquerelle: vallée accidentée couverte de bois, autrefois avec des mares et des cloaques dans lesquels on jetait les cadavres d'animaux. Achetée en 1563 par les religieux de Saint-Eloi-Fontaine, pour une contenance de 48 setiers de terres labourables ( et de prés ), est restée ensuite en friches.

-La Fontaine Valleau: au temps des moissons, les ouvriers venaient boire à cette fontaine. L'expression "va à l'eau" s'applique bien à ce lieu.

-Le Moulinet: tournait grâce au courant des Longs-Prés. Détruit au 19° siècle, son nom demeure dans le langage courant: La rue du Moulin ou Godart Guillaume. Celui qui incendia le moulin, le 3 mars 1879, fût condamné à 20 ans de travaux forcés et mourut pendant sa captivité.

-Le Regret: c'est un monticule dont le sol reste difficile à cultiver par temps humide ou trop sec.

-Le Champ des Bachins: mot venant de "bassinets" designant les renoncules croissant généreusement dans cette terre.

-Devant la Ville: ancien bois défriché dans lequel on a trouvé des substructions et des pièces de monnaie. On se pose la question de savoir si ce lieu, bien nommé, n'a pas vu s'élever un "chateau" sur les hauteurs entre Guivry et Beaugies-Sous-Bois.

-Le Champ Péron: du nom du propriétaire, possède sa fontaine et son abreuvoir.

-Le Clos Bossu: désignation familière, qui rappelle le relief fait de haies et de fossés aux lignes sinueuses. Le clos Bossu avant 1789 appartenait au curé Baudoin, curé de Guivry.

-Bois des Hézettes et d'Eaudicourt: les Hézettes ou Jaisettes sont un ancien fief, mouvance de Chauny, petit hameau sur un site monatgneux et pittoresque, couvert de bouquets de bois faisant autrefois partie du domaine de l'Abbaye d'Ourscamp.

-La Pommeraie ou Pommeroye: hameau dans un gracieux vallon, planté de pommiers, autrefois pature communale, qui a été partagé entre les habitants de Guivry en 1793.

-Les Madins: ce lieu peut avoir pris son nom de pièces de monnaie, dites madines, trouvées en cet endroit.

-Les Brivandes: bois défriché depuis 1830, les habitants de Guivry avaient un droit d'usage, consistant à prendre les bois blancs des brivandes.

-Les Petites Beines: ancien bois défriché au milieu du 20° siècle. On y a trouvé des substructions et d'anciennes monnaies. En langue celtique, beunème signifie frontière.
.
.
Si vous possédez des documents, photos, cartes postales, vieux papiers sur ce sujet, laissez un message dans les commentaires (Vos coordonnées ne seront pas affichées sur ce blog !), je vous contacte rapidement.

Aucun commentaire: