Ce blog est le votre, c'est vous qui le faites vivre. Sans votre mémoire et vos archives pour l'alimenter, il ne peut exister. Un grand merci à tous.
A la demande de certains, nous avons fait le choix de ne pas citer les propriétaires des documents afin qu'ils ne soient pas importunés.
POUR VOIR LES DOCUMENTS OU PHOTOS DE CE BLOG EN PLUS GRAND FORMAT, IL SUFFIT DE CLIQUER (CLIC GAUCHE) UNE FOIS SUR L'IMAGE.

lundi 26 novembre 2007

LES POMPIERS DE GUIVRY

CALENDRIER DES POMPIERS DE GUIVRY 1953.
.
.

CALENDRIER DES POMPIERS DE GUIVRY 1955. LIEUTENANT Hervé FRANCOIS.
.
.
SAINTE BARBE 1952.
De droite à gauche: FERNAND GUILLAUME - ROBERT BEARD - GERARD CARDON - GEORGES BROUILLET - RENE GOURLIN.
.
.
SAINTE BARBE 1952.
De droite à gauche: FERNAND MENNECART - FERNAND GUILLAUME - GEORGES BROUILLET - RENE GOURLIN - GERARD CARDON - ROBERT BEARD - MARC BERTON - HERVE FRANCOIS.
.
.
SAINT BARBE 1952.
De gauche à droite au premier rang:
CHARLES RAËS - MARC BERTON - MARCEL DETUONI - HERVE FRANCOIS - CHARLES LIENARD - FERNAND MENNECART - RENE GOURLIN - GERARD CARDON.
De gauche à droite au deuxième rang:
FERNAND LEGRAND - ROBERT BEARD - FERNAND GUILLAUME - MARCEAU LAGLENNE - GASTON HAVARD - GEORGES BROUILLET.
.
.

Si vous possédez des documents, photos, cartes postales, vieux papiers sur ce sujet, laissez un message dans les commentaires (Vos coordonnées ne seront pas affichées sur ce blog !), je vous contacte rapidement.

LISTE DES CURES DE GUIVRY DEPUIS LE CONCORDAT DE 1801


LISTE DES CURES DE GUIVRY DEPUIS LE CONCORDAT DE 1801.

1803-1804: DE LACOMBE Pierre Joseph, ancien religieux Prémontré, décédé en 1806 curé de Folembray.

1804-1809: ETIENNE Jean, né à Paris en 1745, ordonné à Nevers le 17 décembre 1763, décédé curé de Guivry le 26 novembre 1809.

1810-1862: la paroisse est desservie par les curés des paroisses environnantes.

1863-1864: ROCHARD Armand, né en 1836, ordonné prêtre en 1861, décédé en 1915.

1864-1872: LEDIEU Charles Auguste, né à Barisis en 1825, décédé curé de Guivry le 17 juin 1872.

1872-1874: PONTHIEU Henri, né en 1838, ordonné en 1862, est retourné dans son diocèse de Cambrai en 1874.

1876-1879: CHRETIEN Augustin, né en 1830, ordonné en 1857, décédé curé de Guivry le 26 mai 1879.

Ensuite, la paroisse de Guivry a été desservie par les prêtres des paroisses environnantes, dont Caillouël et Béthancourt-En-Vaux.
Aujourd'hui, Guivry fait partie du secteur de Chauny et est desservie par les prêtres de Chauny.
.
.
Si vous possédez des documents, photos, cartes postales, vieux papiers sur ce sujet, laissez un message dans les commentaires (Vos coordonnées ne seront pas affichées sur ce blog !), je vous contacte rapidement.

CENTENAIRE DE M. CAQUERET



Si vous possédez des documents, photos, cartes postales, vieux papiers sur ce sujet, laissez un message dans les commentaires (Vos coordonnées ne seront pas affichées sur ce blog !), je vous contacte rapidement.

dimanche 25 novembre 2007

ANCIENNES DENOMINATIONS

Les anciennes dénominations ont toujours un certain charme. Quelques unes ont survécu au bouleversement des années et à la succession des générations de gadas.

Le terroir, avec ses quatres sections, comprenait jadis des propriétés appartenant aux chanoines de Noyon qui les louèrent à bail en 1314, à un certain paysan surnommé "Oudart-Le-Pitre".

Voici quelques unes des appellations attribuées à des lopins de terre:

-L'Agache ou l'Agasse: nom patoisant de la pie en picardie.

-Le Vivier Obert ou Vivier Aubert: sur ce terrain existait autrefois un étang qui fut asséché vers 1795. Les débordements s'écoulaient naturellement dans le ruisseau des Long-prés.

-Le chemin de Bouloire: trés probablement bordé de bouleaux ( Bétula ), se destinait à des jeux, réunions publiques. Aujourd'hui, c'est l'emplacement du feux de la Saint-Jean.

-La Fosse Maquerelle: vallée accidentée couverte de bois, autrefois avec des mares et des cloaques dans lesquels on jetait les cadavres d'animaux. Achetée en 1563 par les religieux de Saint-Eloi-Fontaine, pour une contenance de 48 setiers de terres labourables ( et de prés ), est restée ensuite en friches.

-La Fontaine Valleau: au temps des moissons, les ouvriers venaient boire à cette fontaine. L'expression "va à l'eau" s'applique bien à ce lieu.

-Le Moulinet: tournait grâce au courant des Longs-Prés. Détruit au 19° siècle, son nom demeure dans le langage courant: La rue du Moulin ou Godart Guillaume. Celui qui incendia le moulin, le 3 mars 1879, fût condamné à 20 ans de travaux forcés et mourut pendant sa captivité.

-Le Regret: c'est un monticule dont le sol reste difficile à cultiver par temps humide ou trop sec.

-Le Champ des Bachins: mot venant de "bassinets" designant les renoncules croissant généreusement dans cette terre.

-Devant la Ville: ancien bois défriché dans lequel on a trouvé des substructions et des pièces de monnaie. On se pose la question de savoir si ce lieu, bien nommé, n'a pas vu s'élever un "chateau" sur les hauteurs entre Guivry et Beaugies-Sous-Bois.

-Le Champ Péron: du nom du propriétaire, possède sa fontaine et son abreuvoir.

-Le Clos Bossu: désignation familière, qui rappelle le relief fait de haies et de fossés aux lignes sinueuses. Le clos Bossu avant 1789 appartenait au curé Baudoin, curé de Guivry.

-Bois des Hézettes et d'Eaudicourt: les Hézettes ou Jaisettes sont un ancien fief, mouvance de Chauny, petit hameau sur un site monatgneux et pittoresque, couvert de bouquets de bois faisant autrefois partie du domaine de l'Abbaye d'Ourscamp.

-La Pommeraie ou Pommeroye: hameau dans un gracieux vallon, planté de pommiers, autrefois pature communale, qui a été partagé entre les habitants de Guivry en 1793.

-Les Madins: ce lieu peut avoir pris son nom de pièces de monnaie, dites madines, trouvées en cet endroit.

-Les Brivandes: bois défriché depuis 1830, les habitants de Guivry avaient un droit d'usage, consistant à prendre les bois blancs des brivandes.

-Les Petites Beines: ancien bois défriché au milieu du 20° siècle. On y a trouvé des substructions et d'anciennes monnaies. En langue celtique, beunème signifie frontière.
.
.
Si vous possédez des documents, photos, cartes postales, vieux papiers sur ce sujet, laissez un message dans les commentaires (Vos coordonnées ne seront pas affichées sur ce blog !), je vous contacte rapidement.

TOPOGRAPHIE

Carte "Tassin" - 1636 (cliquer sur la carte pour l'agrandir).

Assis à l'orée du bois qui porte son nom, à 80 mètres d'altitude, ce village de picardie est dominé par les hauteurs de la montagne boisée de Guivry qui s'éléve à 175 mètres d'altitude.

Carte "Tassin" - 1636 (cliquer sur la carte pour l'agrandir).
.
Autrefois de l'intendance de Soissons, du baillage de Chauny, élection et diocèse de Noyon, aujourd'hui du canton de Chauny, arrondissement de Laon, diocèse de Soissons.

Carte "Cassini" - Vers 1750 (cliquer sur la carte pour l'agrandir).

Carte "Tassin" - 1636 (cliquer sur la carte pour l'agrandir).

Carte "Tassin" - 1636 (cliquer sur la carte pour l'agrandir).

Carte IGN - Vers 1990 (cliquer sur la carte pour l'agrandir).
.
Le flanc des collines est formé de sables inférieurs et de rognons à tête de chat et le sommet de calcaire grossier à nummulites.
Tous ces terrains sont de l'ère tertiaire. L'abondance de ces nummulites est caractéristique de cet âge et certaines couches calcaires en sont absolument pétries.
Au lieu dit la Tombre Régnier, à l'est de Guivry, au sommet de la colline, la couche de loess atteint une épaisseur remarquable. Dans une espèce de gorge où ont été ensevelis au milieu de ce loess, des quartiers de grès entassés les uns sur les autres, cimentés entre eux par du loess et renfermant des ossements d'animaux préhistoriques, la couche argilo-sableuse peut avoir 6 mètres d'épaisseur.
.
.
Si vous possédez des documents, photos, cartes postales, vieux papiers sur ce sujet, laissez un message dans les commentaires (Vos coordonnées ne seront pas affichées sur ce blog !), je vous contacte rapidement.

ETYMOLOGIE

Entrée du village en arrivant de Beaugies-Sous-Bois. (Photo des années 1950)


Entrée du village en arrivant d'Ugny-Le-Gay. (Carte postale des années 1970)


Entrée du village en arrivant de Béthancourt-En-Vaux. (Carte postale des années 1970)


Comme la plupart des agglomérations, Guivry a porté des noms latins qui ont évolué par la suite avec les progrés de la langue française vers son caractère actuel.

Guiveriacum du nom d'homme germanique "Wib-hari" et suffixe "Iacum" puis (trouvés sur divers documents):
- Guiveri en 1237.
- Guyveri en 1314.
- Guyvery en 1539.
- Guivery en 1576 et 1625.
- Guivry (forme actuelle) en 1690.
.
.
Si vous possédez des documents, photos, cartes postales, vieux papiers sur ce sujet, laissez un message dans les commentaires (Vos coordonnées ne seront pas affichées sur ce blog !), je vous contacte rapidement.

POPULATION DE GUIVRY

Population de Guivry de 1787 à 1954. Depuis les années 1950, le nombre d'habitants est à peu prés stable (autour de 220 personnes)